Sécheresse oculaire

soins oculaires

Comment améliorer votre confort visuel :

Guide pour prendre soin de vos paupières et combattre la sécheresse oculaire

Vous avez souvent les yeux secs, irrités ou fatigués ? Vous n’êtes pas seul. La sécheresse oculaire est un problème qui touche de nombreuses personnes, et qui peut nuire à votre confort visuel et à votre qualité de vie. Heureusement, il existe des solutions simples et efficaces pour prendre soin de vos paupières et soulager les symptômes de la sécheresse oculaire. Dans cet article, nous vous expliquons ce qu’est la sécheresse oculaire, quelles en sont les causes et les conséquences, et comment la prévenir et la traiter.

Télécharger la brochure informative des Hôpitaux Universitaires de Genève – HUG

Qu’est-ce que la sécheresse oculaire ?

La sécheresse oculaire, aussi appelée œil sec, se produit lorsque vos yeux ne produisent pas assez de larmes, ou que celles-ci sont de mauvaise qualité. Les larmes sont indispensables pour hydrater, nourrir et protéger la surface de l’œil, et pour évacuer les corps étrangers et les agents infectieux. Lorsque les larmes sont insuffisantes ou déséquilibrées, l’œil devient plus vulnérable aux agressions extérieures, et peut présenter des symptômes tels que :

  • Des démangeaisons, des rougeurs, une sensation de brûlure, de picotement, de sable ou de corps étranger dans les yeux
  • Une vision floue, qui s’améliore en clignant des yeux
  • Une sensibilité accrue à la lumière, au vent, à la fumée ou à l’air conditionné
  • Une difficulté à porter des lentilles de contact
  • Un larmoiement excessif, qui est une réaction de défense de l’œil face à la sécheresse

La sécheresse oculaire peut avoir un impact négatif sur votre confort visuel. Elle peut également augmenter le risque d’infections ou de blessures oculaires.

Quelles sont les causes de la sécheresse oculaire ?

La sécheresse oculaire peut avoir de nombreuses causes, qui peuvent être liées à des facteurs internes ou externes. Parmi les facteurs internes, on peut citer :

  • Le vieillissement, qui entraîne une diminution de la production de larmes
  • Les changements hormonaux, notamment chez les femmes enceintes, ménopausées ou sous contraception hormonale
  • Certains médicaments, comme les antihistaminiques, les antidépresseurs, les bêta-bloquants ou les diurétiques, qui peuvent réduire la sécrétion de larmes
  • Certaines maladies, comme le diabète, la polyarthrite rhumatoïde, le syndrome de Sjögren, la maladie de Parkinson ou la thyroïdite, qui peuvent affecter les glandes lacrymales ou la qualité des larmes
  • Certains troubles oculaires, comme les blépharites, la conjonctivite, l’allergie ou la chirurgie réfractive, qui peuvent irriter ou endommager la surface de l’œil

Parmi les facteurs externes, on peut citer :

  • L’environnement, qui peut être sec, pollué, enfumé, venteux ou climatisé, et qui peut favoriser l’évaporation des larmes
  • Le travail prolongé sur écran, qui diminue la fréquence du clignement des yeux, et donc la répartition des larmes sur l’œil
  • Le port de lentilles de contact, qui peut altérer la qualité des larmes ou empêcher leur circulation
  • Le maquillage, qui peut obstruer les glandes lacrymales ou contaminer les larmes

Comment prévenir et traiter la sécheresse oculaire ?

La prévention et le traitement de la sécheresse oculaire passent par des gestes simples et des soins adaptés. Voici quelques conseils pour améliorer votre confort visuel :

  • Hydratez-vous suffisamment
  • Adoptez une alimentation équilibrée, riche en oméga-3, qui sont bénéfiques pour la santé des yeux
  • Protégez vos yeux du soleil, du vent, de la poussière ou de la fumée, en portant des lunettes de soleil ou des lunettes de protection
  • Humidifiez l’air ambiant, en utilisant un humidificateur ou en plaçant des récipients d’eau près des sources de chaleur
  • Faites des pauses régulières lorsque vous travaillez sur écran, en suivant la règle du 20-20-20 : toutes les 20 minutes, regardez un objet situé à 20 mètres pendant 20 secondes
  • Clignez des yeux fréquemment, pour répartir les larmes sur la surface de l’œil
  • Limitez le port de lentilles de contact, et choisissez des lentilles adaptées à votre type de sécheresse oculaire
  • Démaquillez-vous soigneusement, en évitant les produits irritants
  • Prenez soin de vos paupières, en les nettoyant quotidiennement avec un produit doux ou une compresse d’eau tiède, et en massant délicatement les bords des paupières pour stimuler les glandes lacrymales
  • Utilisez des larmes artificielles, sous forme de collyre ou de gel, pour hydrater et lubrifier vos yeux.
  • Consultez un ophtalmologue, si vos symptômes persistent ou s’aggravent, ou si vous présentez des signes d’infection ou de blessure oculaire. Il pourra vous prescrire un traitement médical adapté à votre cas

La sécheresse oculaire n’est pas une fatalité. En adoptant les bons réflexes et en prenant soin de vos paupières, vous pouvez améliorer votre confort visuel et votre qualité de vie. N’hésitez pas à consulter un professionnel de santé en cas de doute ou de gêne.

Comment soulager l’œil sec ?

Le traitement de l’œil sec vise à rétablir le film lacrymal et à prévenir les complications, comme les infections ou les lésions de la cornée. Il existe plusieurs solutions pour soulager l’œil sec, selon la sévérité des symptômes et la cause du problème :

  •  Les larmes artificielles : ce sont des collyres ou des sprays qui imitent les larmes naturelles et qui permettent de lubrifier et d’hydrater l’œil. Il existe différentes formulations, avec ou sans conservateurs, selon les besoins et la tolérance de chaque personne. Il est conseillé de choisir des larmes artificielles sans conservateurs, surtout si on les utilise fréquemment, car les conservateurs peuvent irriter l’œil et aggraver la sécheresse. Les larmes artificielles doivent être appliquées régulièrement, plusieurs fois par jour, selon les recommandations
  • Les produits en gel ou en pommade : ce sont des produits plus épais et plus visqueux que les larmes artificielles, qui forment une couche protectrice sur l’œil et qui réduisent l’évaporation des larmes. Ils sont généralement utilisés la nuit, avant de se coucher, car ils peuvent troubler la vision. Ils sont indiqués pour les cas de sécheresse modérée à sévère.
  • Le nettoyage des paupières et des cils : il s’agit d’une mesure d’hygiène importante pour éliminer les impuretés, les bactéries et les débris qui peuvent s’accumuler sur les paupières et les cils et qui peuvent obstruer les glandes qui produisent les larmes. Le nettoyage des paupières et des cils se fait avec des produits spécifiques, comme des lingettes, des solutions ou des gels, en faisant de petits massages circulaires doux sur les paupières fermées. Il est recommandé de le faire matin et soir, ou plus souvent si nécessaire.

Lignettes nettoyantes et démaquillantes

  • Les compresses chaudes : elles consistent à appliquer sur les yeux fermés des compresses imbibées d’eau tiède, pendant quelques minutes, pour favoriser la fluidité et l’évacuation du sébum produit par les glandes de Meibomius, situées à la base des cils. Ces glandes sécrètent une substance huileuse qui empêche les larmes de s’évaporer trop vite. Quand elles sont bouchées ou dysfonctionnelles, elles peuvent provoquer une sécheresse évaporative. Pour des glandes de Meibomius bouchées le traitment avec des compresses chaudes devrait être suivi d’un nettoyage des paupières et des cils.
  • Les bouchons lacrymaux : ce sont de petits dispositifs sont insérés dans les points d’évacuation des larmes, situés dans les coins internes des paupières supérieures et inférieures. Ils ont pour but de retenir les larmes sur l’œil et d’augmenter leur durée d’action. Ils sont utilisés pour les cas de sécheresse sévère, quand les autres traitements ne sont pas suffisants. Ils sont posés par un ophtalmologue, de manière temporaire ou définitive, selon les cas.
  • Les traitements médicamenteux : ils sont prescrits par un ophtalmologue, en cas d’inflammation ou d’infection de l’œil, ou en cas de maladie sous-jacente qui cause la sécheresse oculaire.
  • Les traitements chirurgicaux : ils sont envisagés dans les cas les plus graves, quand il y a un risque de dommage permanent de la cornée ou de perte de vision. Il peut s’agir de tarsorraphie, qui consiste à rapprocher les paupières pour réduire l’exposition de l’œil à l’air, ou de greffe de membrane amniotique, qui consiste à recouvrir la cornée avec un tissu biologique qui favorise sa cicatrisation. Ces interventions sont réalisées par un ophtalmologue